vendredi 28 avril 2017

au pays de la reine de saba (le bilan)

après un petit reportage comme celui-là il y a toujours quelqu'un qui me demande si j'aimerais y vivre. 

la réponse est non. certes c'est un pays très intéressant du point de vue de son histoire ancienne ou récente et qui mériterait sans doute un plus long séjour. 
cependant à l'âge -vénérable - que j'atteins, rien n'est plus important que ma qualité de vie, et de qualité de vie dans une grande ville du sud comme addis, il n'y en a point : embouteillages, pollution, environnement poussiéreux, paysages urbains en ruine, routes éventrées. 

même si on est sûrs de pas crever de faim

et de sentir bon




bref assez fatigant, je pense au quotidien.

donc non merci, non merci, non merci (comme dirait compagnon idéal citant son idole).


jeudi 27 avril 2017

addiction toujours

non, compagnon idéal ne m'a pas toujours pas ramené çui-là



mais il fallait quand même bien du  renouveau  dans mes longchamp, en cette période printanière (enfin surtout pour vous, le printemps).
alors des petites branches de pêchers ou de cerisiers en fleurs se sont posées autour d'un cuir rose poudré.
et ça donne ça.


n'est-il pas délicat ?


mercredi 26 avril 2017

au pays de la reine de saba : africonneries

pas de tourisme sans jeter un oeil sur les africonneries (special dédicace pour fat)
en éthiopie il y a beaucoup de textiles, robes, nappes, brodées de croix orthodoxes, des tentures en laine plutôt jolies


on trouve partout des posters à l'effigie de haile selassié mais aussi de bob marley. vous savez maintenant pourquoi

des paniers





on trouve des croix de gondar, de lalibela et axum, croix orthodoxes dans tous les matériaux possibles, or, argent, cuivre, paille

des cafetières traditionnelles en poterie

                                    des chasse mouches


des instruments de musique à 5 cordes : les lyres


bref ça me manque pas. 
et bien entendu... je me suis lâchée, une fois de plus.

mardi 25 avril 2017

anti-obsolescence programmée

à rebours de l'obsolescence programmée déplorée de plus en plus souvent dans notre vie quotidienne, mes valises delsey, achetées il y a plus de 30 ans tiennent toujours le coup


toujours impeccables malgré les kilomètres parcourus en avion, en train ou en voiture, les manipulations pas toujours délicates des personnels spécialisés, malgré la chaleur, le froid, la pluie, les pavés ou la terre battue, sans parler des tonnes de marchandises trimballées, ces deux valises ferment toujours et roulent toujours, et n'ont pas un seul pet dans la carosserie.
seul bémol, au fil du temps j'ai fini pas perdre les clés. du coup, je faisais emballer les valises dans les aéroports.
et puis récemment, je ne sais pas comment j'ai eu cette idée, mais j'ai écrit à delsey pour leur faire part de mon désarroi.
et bien je n'avais osé en rêver, pourtant delsey l'a fait : envoi en 15 jours de deux nouveaux jeux de clés correspondant aux valises en question...


elle est pas belle la vie ?


lundi 24 avril 2017

au pays de la reine de saba (9) : le DERG

l'éthiopie a beau être le seul pays d'afrique à n'avoir jamais été colonisé, son histoire n'est pas pour autant un long fleuve tranquille. 
le DERG. c'est le nom du gouvernement militaire provisoire de l'éthiopie socialiste, qui en 1974, mené par le colonel mengistu  a déposé le négus hailé selassié, dernier empereur d'éthiopie, a fait régner jusqu'en 1991 une dictature sanglante et entraîné une des plus terribles famine de l'histoire du monde. 
cette période est connue là-bas sous le nom de terreur rouge ("à mort les contre-révolutionnaires"). 
il existe un musée dédié à cette époque. pas très marrant.




500 000 morts. le colonel mengistu, reconnu coupable de génocide,  coule des jours heureux au zimbabwé.

samedi 22 avril 2017

21 avril 1967

à cette date eut lieu le dernier duel de l'histoire de france. 


gaston defferre qui avait offensé à l'assemblée nationale un autre parlementaire en le traitant d'abruti, avait refusé de lui présenter ses excuses et avait accepter de croiser le fer avec l'offensé, rené ribières qui souhaitait laver son honneur  au fil de l'épée.
ce dernier n'a rien lavé du tout puisqu'il a perdu (au premier sang) par arrêt de l'arbitre, un certain de lipkowski, ayant été touché à deux reprises au bras par son adversaire.
le duel avait été désapprouvé par de gaulle qui n'avait pu pourtant l'empêcher.
bref on dira tout ce qu'on voudra mais un duel, ça a de la gueule, et de la gueule, gaston defferre n'en manquait pas
 

mercredi 19 avril 2017

au pays de la reine de saba, qu’est-ce qu’on mange, qu’est-ce qu’on boit ?



on mange des injeras,  crêpes fermentées et spongieuses, à base de blé ou de farine de teff, un sorgho nain, et sans gluten (pour béné).  à la fois décor, aliment et ustensile, on les déchire en morceaux pour attraper à la main, et enfourner différentes préparations végétariennes ou non,  disposées en surface en petits tas colorés.  

 
 
c’est plutôt joli, on aime ou on n’aime pas le petit goût acide dû à la fermentation, mais c’est aussi roboratif, davantage fait pour ceux qui ne mangent qu’une fois par jour ou les travailleurs de force, que pour les autres, parce que question calories, ça douille.

Pour faire passer, on boit du café, on l’a vu, 
 
de la bière comme partout en afrique (saint georges ici) mais les plus aventureux s’essaient au vin de miel, un hydromel appelé localement le tej, servi dans des petites fioles individuelles. costaud.
 
 
à noter que l’éthiopie produit également 11 millions de bouteilles de vin par an, entièrement écoulé sur le marché intérieur, marché en expansion dans lequel la France essaie de prendre place. le groupe castel, créé en 1949 à bordeaux,  y a planté 750 000 pieds de vigne du bordelais et compte atteindre rapidement une production de 3 millions de bouteilles par an.


vendredi 14 avril 2017

au pays de la reine de saba (8)

arabica : comme son nom l'indique c'est un café originaire d'arabie, et c'est au yemen qu'il a d'abord été consommé sous la forme actuelle. on le trouve dans toute l'afrique de l'est et même au burundi. moins fort et plus parfumé que le robusta, c'est le café le plus répandu au monde.

sa consommation donne lieu à un vrai rituel mais même sur un coin de trottoir on peut trouver une petite table à café juponnée avec une cafetière traditionnelle qui chauffe sur des braises


l

mais on trouve aussi des cafés plus classiques où on vend le café, on le moud et où bien sûr, on le boit



jeudi 13 avril 2017

au pays de la reine de saba (7)

dans les 82 langues officielles de l'éthiopie ne figure pas le français.
mais la proximité avec djibouti, ou les anciens territoires des affars et des issas fait que beaucoup de gens parlent français quand même. la preuve au fronton de la gare et dans le quartier.

une ligne de chemin de fer a relié autrefois addis addeba et djibouti. longtemps désaffectée elle est à présent tombée dans l'escarcelle des chinois. l'escalier est d'époque
 






mais moi je leur dirais, aux éthiopiens, : attention, acheter chinois, c'est acheter deux fois 

mercredi 12 avril 2017

au pays de la reine de saba (6)

les éthiopiens ont non seulement une religion à part mais ils ont également leur alphabet,

ils affichent 82 langues officielles, mais parlent en grande majorité l'amharique, soit en langue maternelle soit comme langue véhiculaire. leur alphabet est d'origine sémitique comme l'hébreu et l'arabe mais se lit de gauche à droite. les adeptes rastafaris apprennent l'amharique qui la considèrent comme une langue sacrée. 
 
leurs nombres

 et leur calendrier

le calendrier éthiopien est basé sur le calendrier copte, avec 12 mois de 30 jours plus 5 ou 6 jours, dont 1 qu'on ajoute tous les 4 ans. ceci pour rattraper le retard sur le calendrier solaire (julien)
ce truc est très compliqué, mais sachez en tous cas que le jour de l'an tombe le 11 septembre et que c'est aussi la saint jean et la fête du printemps et que noël tombe le 7 janvier (là ça nous parle).  
le calendrier éthiopien est en décalage de 7 ans avec le nôtre (on est moins vieux là-bas).

moi je trouve tout ça déboussolant... pas vous ?



mardi 11 avril 2017

au pays de la reine de saba (5)

copte orthodoxe, c'est le rite des éthiopiens... ils affirment que le Christ a une nature unique, d'ordre divin (la plupart des Églises chrétiennes admettent la double nature du Christ, divine et humaine) et ils ne reconnaissent pas le pape. 


d’abord juifs,  depuis la love affair de salomon et la reine de saba ils furent païens jusqu’au 4ème siècle de notre ère. l'éthiopie fut ensuite l’objet d’une intense évangélisation venue d’alexandrie.  jusqu’en 1881 le clergé d’éthiopie était égyptien et nommé par alexandrie. puis des éthiopiens furent nommés mais toujours consacrés par alexandrie.

en 1959 l’éthiopie s’est affranchie de cette tutelle. la révolution marxiste de 1974 a ensuite séparé l’église de l’état, confisqué ses biens, fermé les séminaires. 
à la chute du régime en 1991, l’église retrouve un peu de liberté. 
c’est aujourd’hui la religion majoritaire d’éthiopie, 44%, suivie par l'islam sunnite, 34% (celui de l’arabie saoudite), le protestantisme (19%) et le catholicisme (1%).


à noter qu’à tous ceux-là s’ajoutent les rastafaris, adorateurs de hailé sélassié, dont sont inspirés les jamaïcains et qui portent les dreadlocks des résistants éthiopiens qui luttaient contre les italiens.



bref tout cela donne de drôles de rites.


l'église construite par ménélik 1er en haut du mont entoto qui domine addis (violemment rénovée à mon avis), un enneagone (9 côtés). en jaune le bâtiment qui abrite les cloches. apparemment chez les coptes c'est séparé.


les fidèles s'inclinent devant des icônes recouvertes de rideaux, 
ou alors font le tour de la coursive à genoux



ici la cathédrale de la sainte trinité, 
commencée par ménélik II et terminée par hailé selassié



sur les plafonds peints, à côté d'une reproduction de la cène ou de la résurrection, classiques, on reconnait une séance de la société des nations de genève devant laquelle hailé selassié prononce un discours après l'invasion de l'italie (invasion qui a duré de 36 à 41. à noter que l'éthiopie est le seul pays africain à n'avoir jamais été colonisé)


et là on célèbre la victoire de l'empire éthiopien sur l'italie à adoua en 1896 (première guerre avec l'italie)

dans les églises locales on enlève ses chaussures, hommes et femmes sont séparés et on utilise les bâtons à la fois pour scander les sermons  d'un mouvement de bâton sur l'épaule et pour se reposer lors des très longs cultes. 


l'icônographie est bien d'inspiration orthodoxe. quoique longtemps sous tutelle égyptienne, donc orientale, une autre inspiration se fait jour. je vous en reparlerai.

dimanche 9 avril 2017

au pays de la reine de saba (4)

lucy... non pas celle dans le ciel avec des diamants (dont elle tient pourtant son nom) ni celle de scarlett johansson. 
la vraie, l'unique, l'aïeule, dinqnesh comme les éthiopiens l'appellent depuis sa découverte en 1974.


je vous l'accorde elle n'est pas au mieux de sa forme et pas non plus mise en valeur par le musée national d'éthiopie. yves coppens, le pauvre, serait fort marri.

le pedigree complet de lucy est le suivant : ordre des primates, famille des hominidés, du genre australopithécus afarensis. 

lucy était une jeune femme adulte, mesurant entre 1.10m et 1.20m, et pesant environ 25 kg, bipède, partiellement arboricole, c'est à dire qu'elle grimpait aux arbres, ce dont attestent les 52 ossements retrouvés et la façon dont ils s'assemblent entre eux. elle serait morte en tombant d'un arbre, justement, d'au moins 12 mètres de haut.

enfin, il y a 8 millions d'années c'était pas beaucoup moins dangereux qu'aujourd'hui... cqfd

samedi 8 avril 2017

au pays de la reine de saba (3)

que les historiens me pardonnent si je fais des raccourcis mais l'histoire de l'éthiopie doit rentrer, coûte que coûte dans un post.
l'éthiopie "moderne" fut fondée par ménélik II. c'était un nomade et il avait établi son campement sur une des collines de la région d'addis abeba (qui n'existait pas) quand il décida de s'installer pour de bon sur le mont entoto, poussé par sa femme la reine taitu. 





il construisit également une église qu'on peu toujours visiter, de même que son palais, et ses vassaux s'établirent à leur tour sur les collines avoisinnantes.

l'église ou sa version rénovée


 une pièce de réception de son palais (dans son jus le palais)

j'aime bien les patères en corne de buffles

puis vint, en 1930, le négus, hailé selassié, de la même dynastie que ménélik. 


menacé et malmené pendant l'occupation italienne (de 36 à 41) il fut chassé du trône en 74 par un colonel communiste, mengistu, qui fut lui même chassé du pouvoir en 91 et coule depuis, des jours heureux au zimbabwé.



meles zenawi, premier ministre, tint ensuite le pays d'une main de fer et ce jusqu'en 2012, date de sa mort en belgique.


pendant tout ce temps là et avant, les troubles intérieurs ou les guerres avec l'érythrée ou la somalie ont assuré au peuple une misère et des famines terribles, dont je vous épargne les photos.

enfin, depuis octobre 2016, l'état d'urgence est décrété en éthiopie.

bref l'histoire moderne de l'éthiopie n'est pas un long fleuve tranquille.. c'est le mojns qu'on puisse dire.

mais avant comment c'était ? non pas au temps de la reine de saba, encore avant, du temps de... lucy ?