lundi 29 septembre 2014

tanganyika


le burundi est situé sur les bords du lac tanganyika. 

d'une surface de 2000 m2 c'est le plus long lac du monde. 
ses 2000 km de cotes bordent le burundi à l'est, la tanzanie et la zambie au sud et le congo démocratique à l'ouest. il est le second lac le plus profond après le baikal et le second plus grand lac d'afrique après le lac victoria, plus au nord.


 et il nous donne l'impression, à nous, d'être au bord de la mer.

 
 



elle est pas belle la vie ?

dimanche 28 septembre 2014

buja nights

le burundi est un peu en dessous de l'equateur, ce qui signifie que tous les jours, toute l'année, le soleil se lève vers 6 heures et se couche vers 18 heures.

dur dur pour ceux qui aiment faire la grasse mat. mais pas seulement à cause du soleil. 

les oiseaux, très nombreux dans les arbres du jardin, chantent à tue tête dès les premiers rayons de soleil. certains chants sont mélodieux, d'autres tiennent d'avantage du clairon. ils sont accompagnés des cris des milliers de petites chauve-souris qui viennent, elles, se coucher quand tout le monde se lève. 

et ils sont précédés, vers 4h30, de l'appel à la prière lancé du haut du minaret de la grande mosquée de la ville.



mardi 23 septembre 2014

dr livingstone, i presume ?

à 15 km au sud de buja, tout près du lac et de l'embouchure de la rivière mugere, se tient une pierre qui commémore la rencontre du journaliste henri morton stanley et du docteur livingstone, médecin et missionnaire, à la recherche duquel il était parti et que l'on croyait mort.

 

cette rencontre, en 1871, a en fait eu lieu plus au sud et c'est ensemble qu'ils sont remontés jusqu'à l'endroit où a été posée la pierre, bien plus tard en 1956 par les belges. 


le docteur livingstone cherchait en fait les sources du nil, qu'il n'a jamais trouvées. il y laissa la vie deux ans plus tard, atteint de dysenterie. il n'était pas très loin et on sait maintenant où elles sont : on vous y emmènera, promis.

et en attendant, un arrêt au petit estaminet du coin s'impose !







lundi 22 septembre 2014

francs bu

un des trucs pénibles quand on change de pays c'est de s'habituer à une nouvelle monnaie. ça s'est simplifié avec l'euro en europe mais que ce soit en angleterre, en inde ou au burundi, point d'euros. 

on avait oublié ça lors de notre voyage chez fils aîné et on s'était retrouvés dans la file d'un péage, assez effrayé à l'idée de l'embouteillage qu'on allait créer par défaut de livres... heureusement, ils ont l'habitude des french frogs avec leurs euros et ils acceptent les billets d'euros aux péages... 

depuis trois semaines au burundi on se mélange encore les pinceaux avec les sous locaux... ce sont des francs burundais, ou francs bu ou encore bif en abrégé. à peine remis de la perte de nos francs, et les roupies indiennes encore en tête, nous voilà avec des francs bu (prononcer bou). en plus il en faut des milliers, voire des centaines de milliers pour acheter trois fois rien, et ça monte vite en millions. 


le plus gros billet étant de 10 000 bif, on se trimballe avec des enveloppes de kraft pleine de liasses et quand on doit compter il faut surmonter l'appréhension de tripoter ces billets, dont certains sont dégoûtants, et vite aller se laver les mains !

dimanche 21 septembre 2014

placard ou barbecue (3)

un détail particulièrement raffiné de l'opération placard...
si on s'embête en rangeant les vêtements, on pourra toujours lire les nouvelles ou regarder des images...


samedi 20 septembre 2014

une tite mousse ?


la bière est omniprésente au burundi, héritage des belges sans doute, comme les frites et la mayo...

 
 
la primus est brassée par brarudi, entreprise de 500 employés, sous capitaux d'heineken et de l'état burundais,

 

elle a une capacité de production d’environ 100 000 bouteilles par heure avec deux lignes modernes et entièrement automatisées et une ligne semi automatique. un réseau de distribution étendu sur tout le territoire. 
elle fabrique et distribue également une autre bière l'amstel mais aussi le fanta et le schweppes... et même le coca !



vendredi 19 septembre 2014

placard ou barbecue (2)

pour ceux qui suivent : point de situation sur les placards qui ressemblaient à des barbecues. 



ça avance, n'empêche qu'un soir on s'est demandé s'ils faisaient pas leur ciment avec de la bouse de vache...

jeudi 18 septembre 2014

et qu'est ce qu'on trouve avenue de france ?



le café gourmand ! incontournable à buja

 pour les gourmands, dont compagnon idéal fait partie



mais polka aussi est gourmande, et ayant la nostalgie du pays où les frites poussent par terre, elle n'est pas mécontente d'être au burundi : aucun restau ici qui ne propose des frites maison et de la mayo... paraît même qu'un restau du bord du lac fait des soirées moules frites avec des moules de zélande, une fois...

 


fils cadet appellerait ça "la mondialisation"...
elle est pas belle la vie ?

mardi 16 septembre 2014

palmiers

un palmier c'est un palmier pensez-vous, 


ben ce serait trop simple, il y en a des dizaines et des dizaines. 
je ne vais pas vous saouler avec les noms latins, si ça vous intéresse vous ferez des recherches. je veux juste vous les faire voir. plaisir des yeux....


ça c'est les fleurs du palmier royal





 belle silhouette



je trouve celui-là très beau, autant par la forme de 
ses feuilles que par la profondeur de son vert


pas vraiment un palmier, plutôt un cocotier 

 celui-là est bien connu, c'est l'arbre du voyageur, appelé ainsi parce que dans le creux de ses feuilles il y a toujours de l'eau ce qui peut être utile en cas de grosse soif

alors, un palmier c'est un palmier ?

lundi 15 septembre 2014

artisanat

samedi dernier, petit tour de ville avec des amis : où trouver ce que l'on consomme, depuis la viande en passant par les yaourts, les jus de fruits ou le pain. 

première impression ce n'est pas à buja qu'on mourra de faim. on trouve ici beaucoup de choses, que ce soit dans les petites échoppes, les grands magasins ou même le magasin diplomatique. fruits et légumes sont abondants (au pire dans notre jardin il y a un manguier et un avocatier), et de nombreux belges sont installés au burundi depuis des lustres et tiennent restaurants, magasins et entreprises. il y a aussi une italienne qui a pignon sur rue en ce qui concerne la viande, la charcuterie et le fromage et même un français qui tient un magasin des 4 saisons ou encore une boulangerie, patisserie.

mais c'est le petit marché d'artisanat qui m'a plu. 

vannerie


calebasses travaillées, .

ou mobiles

je ne résiste jamais longtemps à ces trucs là, et la mère noël va trouver là une inspiration qui la réjouit d'avance...

dimanche 14 septembre 2014

concertina

contrairement à ce que ce joli nom pourrait évoquer chez vous, un instrument de musique par exemple, ça n'a rien de joli. c'est comme ça qu'on appelle les barbelés ici. 

renseignements pris ça a effectivement à voir avec le concertina, genre de petit accordéon, en ce sens que c'est livré en bobines qui s'étirent, comme un ressort. pour corser l'affaire ces fils peuvent être agrémentés de lames de rasoir. 

il y en a sur beaucoup de murs ici...



dissuasif...

vendredi 12 septembre 2014

le placard-barbecue

la maison dans laquelle on vient d'emménager (si on peut dire, vu que notre déménagement n'arrivera pas avant mi-octobre) n'avait aucun placard. j'ai donc demandé au proprétaire d'une construire deux.
 
un moment j'ai cru qu'on allait avoir un barbecue dans la chambre. mais non, ce sont bien des placards.



les dimensions ne sont pas celles que j'ai demandées, mais l'idée générale est là. 
espérons qu'avec un coup de plâtre et un coup de peinture ça ressemblera plus à des placards qu'à des barbecues.



il faut dire à la décharge des maçons qu'ils n'ont quasiment pas de matériel... 

mercredi 10 septembre 2014

sus aux moustiques

vivre en afrique c'est pas seulement manger des mangues et faire des photos (lol) c'est aussi se protéger des moustiques, lesquels à bujumbura transmettent le paludisme (mais ni la dengue, ni le chikungunya). 

cette maladie qu'on appelle aussi la malaria tue plus de 1.2 millions de personnes dans le monde chaque année. en afrique, chaque minute un enfant meurt du paludisme. on le voit ebola est bien loin derrière.

se protéger au quotidien, ça veut dire : 

mettre des moustiquaires sur toutes les ouvertures, 
 

et une en plus au dessus du lit,
 

utiliser des insecticides en spay pour la maison
 

et également des répulsifs pour la peau
 

mais ça veut dire aussi suivre un traitement préventif. 
il en existe de plusieurs sortes, chacun avec ses effets indésirables, hallucinations, désordres digestifs, paranoia etc... il faut trouver celui que l'on supporte le mieux. l'idée est de le prendre pendant les trois premiers mois du séjour puis d'arrêter, le corps prenant alors le relai, tout en continuant la protection par ailleurs, pour limiter l'exposition (moustiquaires etc...). chacun adopte le comportement qui lui convient. certains choisissent de ne rien prendre et de traiter en cas d'atteinte. cela se soigne très bien.

nous, nous prenons du malarone. pas d'effets indésirables pour l'instant. 



 réserves apportées pour trois mois ; non remboursé par la sécurité sociale : total 450 euros de traitement, faut c'qui faut !


lundi 8 septembre 2014

en cas de grosses pluies...

c'est presque la saison des pluies et comme ça doit tomber dru, on a prévu des fossés conséquents... ça donne tout le long des rues deux possibilités de se viander... à gauche, ou à droite... 

heureusement que quand on sort c'est compagnon idéal qui conduit et moi qui bois...




ça c'est juste devant chez nous. quand on rentre à la maison on a intérêt à avoir le compas dans l'oeil...