samedi 28 juin 2014

étonnantes statistiques

dans blogger, la "côte" originelle à partir de laquelle est façonné ce blog, il existe un petit outil statistique qui me permet de savoir combien de personnes regardent leptitlu à tous les instants, tous les jours, chaque semaine ou chaque mois, quels articles en particulier, et de quels pays elles viennent. mais je ne sais pas qui elles sont, ni dans quelles villes elles sont précisément.

en consultant les résultats statistiques je vois que l'article le plus lu, et ce chaque jour, s'appelle "espadrilles" (37 vues aujourd'hui). c'est un article qui date du 14 mai 2013, et si vous ne l'avez pas lu, le voici  ici . plutôt ancien donc.


la seule explication que je vois à ce chiffre étonnant, c'est que plusieurs personnes se connectent sur leptitlu tous les jours, et ce depuis le 14 mai 2013, en cliquant sur ce vieil article enregistré en favori... 



en fait, la newsletter est bien plus pratique. amateurs d'espadrilles, vous devriez y réfléchir...


vendredi 27 juin 2014

attrape coco

de passage à nantes j'ai voulu aller essayer un bar niché au 32ème étage de la tour de bretagne, tour assez laide par ailleurs, typique des poussées de tours des années 70. le bar s'appelle le nid.

 
le bar est circulaire, occupe tout le dernier étage : vue à 360 degrés sur nantes et c'est bien là l'intérêt (peut-être le seul) de l'endroit.

la coursive extérieure
 

l'entrée au pied de la tour

déco concept : une tête d'oiseau dans un des bras du passage,

 

des oeufs comme sièges un peu partout (plutôt inconfortables)

 

un nid abritant le bar lui-même.



et surtout... il y a la vue !


 des repères style industriel

la loire au loin


église saint nicolas et 
cours des 50 otages, bordé d'arbres, à gauche


la cathédrale


le bassin ceneray, devant la préfecture

c'est superbe. 
bizarrement, la vue est gratuite... mais la caipirinha est à 8.50 euros !
santé !

jeudi 26 juin 2014

récit de saison

souvenirs du déménagement montréal-nantes en 2000... pardon à ceux qui l'ont déjà lu. mais je ne résiste pas... pour les autres !

"Mon déménagement est arrivé hier.

Notez qu'on s'y attendait bien un peu, car il avait été annoncé le 18, puis le 21, puis le 26 après-midi (ça se précisait), puis le 27 à 7h30 (un peut tôt). Il est donc arrivé le 27 à 14h30. Bien entendu c'est grâce à la réduction du temps de travail que j'avais, chaque fois, pu être sur le pont, prête à l'accueillir. L'Administration, bonne fille, n'avait pas tiqué aux dépôts successifs et intempestifs de mes jours de RTT.

Bref le jour dit et à l'heure de leur choix mes déménageurs sont arrivés. Ils n'auraient pas fait tâche à une partie de boule nantaise. L'un, tchatcheur émérite de l'Algérie Française (po, po, po, dis...), le cheveu long, gris et gras ; l'autre la ligne et le teint alcoolo, plus de dents, mais la clope vissée aux gencives, les deux l'haleine avinée de ceux qui ne sucent jamais de glace, et arrivant du PMU du coin où ils venaient de déjeuner, boire, fumer et jouer (nous avons, sur leur insistance, noté l'adresse de ce délicieux et prometteur estaminet, je vous la communiquerai avec plaisir).
Des préliminaires savoureux sur l'opportunité de remonter les meubles démontés par leurs collègues québécois suivirent :
- ils n'avaient pas, à l'évidence, franchement envie de s'y coller
- pas le temps de le faire, non plus, un emploi du temps de ministre les attendant
- et aucune instruction dans ce sens,

Nonobstant le fait que j'avais payé pour, et que la moutarde commençait à me monter au nez (et forte de mes expériences passées, avec, en vrac, le bois, les parquets, Sears, le ramonage...), je fis un effort pour prendre sur moi (il y a un temps pour tout, vous le savez, et là ce n'était pas celui de prendre ses aises), et dus leur montrer mon contrat pour que la légitimité de ma demande leur saute aux yeux... Ambiance...

Leurs couteaux et cutters étant malheureusement introuvables, c'est donc avec notre rudimentaire matériel de cuisine qu'il se mirent néanmoins à l'ouvrage. Ils voulaient tout mettre dans le garage (pour me simplifier les choses bien sûr, sortir les bouquins un à un à mon rythme, transbahuter la vaisselle avec mes petits bras musclés, monter les vêtements au premier pour muscler mes petites jambes...). Donc discussions pour chaque paquet (52 fois). Mes arguments, les leurs, tout ça...

52 cartons plus tard et déballage des meubles faits (difficilement, avec des petits couteaux de ménage), arrive donc le moment du remontage, ils se mettent à chercher la trousse à outils. Le tchatcheur l'avait chargée la veille, mais l'alcoolo ne trouvait pas. L'alcoolo s'est donc mis à bouder, en fumant, assis sur le trottoir, pendant que le tchatcheur, du haut de son camion, le couvrait de jurons. Le tchatcheur (qui en avait dans la tête) et commençait à penser qu'il l'avait peut-être oubliée, trouve la solution. 
Il sonne chez le voisin :
- qui est là
- qui est sympa
- qui est outillé et prêteur.

C'est donc avec le matériel du voisin qu'ils se mettent à l'ouvrage (moi aussi, pour plus de rapidité, avec Quentin, madame mère enfermée dans la cuisine, goûtant modérément mes relations d'affaire). Le tchatcheur en tchatchant, l'alcoolo pas trop mal. Les deux en fumant (dans les chambres). Odeurs de transpiration. Jurons. Mégots sur les radiateurs. Envie de pisser ? Un petit tour dans le jardin. Cendres sur les parquets... Moment inoubliable...

Bon, vers 21 heures l'affaire est péniblement bouclée, les meubles encore un peu branlants (ce con de voisin n'avait pas les outils vraiment adaptés...). Un doigt tendu (mais avec le sourire...le bois, le ramoneur, Sears...) en guise de pourboire, au grand dam de madame mère. Epuisée... jurant mais un peu tard, qu'on ne m'y prendrait plus.

Bises à tous.

Survivor Ptit Lu"

mercredi 25 juin 2014

marathon

marathon déménageurs cette semaine. 

à chaque fois : vous partez d'où ? de luxembourg. ah !. et vous allez où ? au burundi... OU ???

lundi 23 juin 2014

usine à gaz

donc, demain on se retrouve au centre ville pour acheter un cadeau pour les m&m, et le leur offrir vendredi à l'apéro avec véro et olive, samedi on fait les soldes tôt le matin, dimanche à 16h00 on part pour versailles déposer polka chez julien, dormir chez madame mère, se lever à 5 heures pour être tous les trois à roissy à 6h00 prendre un avion pour aller visiter fils aîné en angleterre 3 jours, revenir à paris, filer à versailles récupérer le chien, ramener madame mère et dormir à chatou, puis le lendemain compagnon idéal m'accompagne à la gare avant d'aller voir mémé hélène à paris, me récupére à la gare le soir, tout ça avec le chien, même chose le lendemain, retrouver des amis à pasteur qui ne seront pas même pas dispos, retourner à saint quentin, puis je file sur nantes vendredi soir, tandis que compagnon idéal fête l'anniv de julien toujours avec le chien, puis loue une voiture de location pour rentrer au luxembourg.

vous avez suivi ? 
ça s'appelle une usine à gaz

 

mercredi 18 juin 2014

branle-bas de combat

branle-bas de combat ce matin à 6h00 : exercice d'évacuation incendie...
sortie à moitié à poil dans un froid de gueux.
vdm

mardi 17 juin 2014

voyage en train avec hyène

aujourd'hui j'ai fait un aller-retour nantes-paris en train. j'étais placée en face d'un mec qui ressemblait à BHL. 


pour ceux qui ne connaitraient pas, c'est un bobo bellâtre à chemise blanche et cheveux longs, éternellement jeune. 
enfin c'est pas gentil pour BHL. le mec était vraiment pas soigné. il émettait à tout bout de champ des borborygmes de satisfaction ou d'ennui, reniflait comme s'il avait un groin au lieu d'un nez, 


baillait comme un âne, 


et lisait en tournant bruyamment les feuilles de son magazine (challenge). 
il y avait des traces de morve sur son veston et sa chemise tirebouchonnait. 
à un moment il a descendu son sac vuitton du porte bagage et a entrepris d'y faire le ménage comme s'il avait été seul dans son dressing. l'intérieur du sac avait l'air aussi peu ragoûtant que son propriétaire et il a ainsi rempli un sac d'ordures et l'autre de linge sale. j'ai vu le moment où il allait étaler ses slips sales sur la tablette. 
bon, dieu merci, ça nous a été épargné. 
en plus il faisait brailler son ipod et avait l'air d'un abruti à dodeliner du chef avec ses écouteurs dans les oreilles.
bon franchement j'ai dû me faire violence pour ne pas lui dire qu'il avait l'air d'un porc !


et puis il est passé tout près de moi dans l'allée et là j'ai été terrassée par son haleine de hyène...

vendredi 13 juin 2014

longchamp moumoute


moi j'aime bien les sacs longchamp, c'est même une addiction mais celui-là est... comment dire... un poil tout much !



mardi 10 juin 2014

disney ! reviens...

je suis allée voir maléfique ce we, attirée par l'affiche, superbe !



ben mes aïeux... quel navet ! 

des effets spéciaux à tire-larigot, mais des personnages niais, angélina pas du tout convaincante dans ce rôle, et surtout absolument aucune poésie. 
décidément entre la reine des neige et ses voix de crécelles et cette belle au bois dormant qui ne fait pas rêver, je vous le confirme : c'était mieux avant... 

lundi 2 juin 2014

chère brigitte bardot

je prends contact avec toi aujourd'hui pour t'alerter sur ma situation, qui s'est sérieusement dégradée depuis quelques temps.

maman est partie à l'autre bout de la france, officiellement pour ses études, mais je la soupçonne d'avoir refait sa vie avec un yorkshire ou même pire avec un chat de gouttière. 
ce qui est sûr c'est qu'elle m'a laissée. aussi fini les promenades en forêt quotidiennes et les caresses toute la journée. 

en plus papa, qui lui est resté, s'est sérieusement mis à déprimer, il part toute la journée jouer avec son ordinateur (il appelle ça travailler) et en plus il ne me donne plus de rab depuis qu'il ne grignotte plus que des feuilles de salade. 

pour finir je les ai entendu parler de me mettre dans un chenil les 14 et 15 juin pour une raison aussi incompréhensible que cruelle...



vraiment je suis triste et je me sens abandonnée.
fais quelque chose !

elle est pas belle la vie !