mercredi 30 avril 2014

ich bin ein berliner (8) : la trabant

difficile de parler de berlin sans parler de la trabant. évidemment les moins de vingt ans, gnagnagna...

la trabant c'est la voiture emblèmatique de l'allemagne de l'est  "une plaisanterie à quatre roues, disait-on". née il y a 50 ans, elle a été conçue en duroplast, genre de plastique fabriqué avec des restes de coton soviétiques comprimés et traités à la résine phénolique, la tôle d'acier faisant alors défaut. 
plusieurs blagues ont émaillé son existence. 
du modèle Trabant P 601 on disait que 600 acheteurs l'avaient comandée mais qu'1 seul l'avait obtenue. 
on disait aussi que pour en doubler la valeur il suffisait de faire le plein et pour en obtenir encore plus il fallait poser une banane sur le siège arrière.

3 millions de trabant ont été fabriquées jusqu'en 1991.
un certain nombre roulent encore...


les première trabant passant librement à l'ouest 
à la chute du mur le 9 novembre 1989

notre trabant à nous.. made in china...

mardi 29 avril 2014

ich bin ein berliner (7) : cékoimême ces tuyaux ?

un autre truc, typique de berlin, frappe le touriste : les tuyaux roses, bleus et jaunes qui sillonnent la ville.
ils sont censés permettre l'assèchement des chantiers, berlin étant construite sur des marais. il faut donc pomper pour évacuer l'eau. mais certains de ces tuyaux ont l'air vraiment vieux et d'autres s'arrêtent même brusquement dans le vide. enfin je n'y connais rien mais j'ai l'impression que c'est plutôt pour les touristes qu'autre chose... reste que ça donne des paysages vraiment bizarres...
 






lundi 28 avril 2014

ich bin ein berliner (6) : scènes de rue


comme je vous l'ai dit berlin est une ville décalée... al-ter-na-ti-ve.. 

on y voit donc des choses... différentes...

"le mur" version playmobil

 

 des mecs en petite tenue, collant doré à gauche, 
en slip avec tatouages à droite

des gretschen en robe à pois et panier à provisions 

 une bonne vieille trabant (je vous en reparlerai) 
reconvertie en voiture à touristes

 l'ours de berlin

sous les pavés, la plage 
(oui les berlinois  aiment avoir les pieds dans le sable)


et même un éléphant échappé de l'éléphant parade que je vous avais présenté en septembre 2013



et quand même un reste de tradition : c'était pâques, quand même. à noter que personne à berlin ne vend ou n'achète d'oeufs (ou de lapin) en chocolat. en revanche des oeufs peints décorent jardins, balcons et magasins 


et pour finir le petit bonhomme stop reproduit 
partout pour les touristes



dimanche 27 avril 2014

d-day



je profite d'un arrêt momentané de la série berlinoise, pour vous raconter le d-day. d comme duck, de la duck race du luxembourg, et d comme dégoûtée . 



13500 canards jaunes lâchés depuis un viaduc sur la rivière dans une course effrénée vers la victoire, ça fait du monde, ça en fait du magret... je ne savais pas où donner du croc. 
des jaunes, principalement, mais aussi des bleus, des verts, des rouges, et des gros


j'aurais bien sauté sur tout ce qui bougeait mais on me retenait.


quel dommage, j'aurais fait un carnage. 



aux pieds des rabatteurs



ou alors à l'arrivée...
 



c'est d'autant plus pénible qu'avant les milliers de canards les gens se sont goinfrés de milliers de saucisses et que je n'ai pas non plus réussi à en attraper une seule. 
dégoûtée je vous dis...

signé : polka

samedi 26 avril 2014

ich bin ein berliner (5) : qu'est ce qu'on mange ?

si vous pensez qu'à berlin on peut manger de la choucroute vous vous trompez. 
y a des pizzas et des kebabs, burger king, mc do et dunkin' donuts, mais le plat national s'appelle le curry wurst. c'est de la saucisse, avec ou sans peau, arrosée de ketchup, saupoudrée de curry, et accompagnée de frites (pom's)... il y en a absolument partout, de la gargote au grand restaurant. seul le prix change.




y a même des grills ambulants. celui-ci est en maintenance.


à check point charlie (le cirque, je vous dis...)

et ailleurs

et ça c'est la version haut de gamme. compagnon idéal veut que je précise qu'il s'est sacrifié pour faire la différence avec celui de la gargote (en même temps il hésitait avec un burger...). 
à part l'assiette, et le prix, c'est donc kifkif

 

et pendant ce temps-là, moi, je me régalais avec des raviolis aux asperges (que j'ai oublié de photographier, tellement c'était bon)



vendredi 25 avril 2014

ich bin ein berliner (4) : check point charlie

check point charlie, c'est l'endroit mythique. celui ou pendant quelques jours les chars russes ont fait face aux chars américains. des films, des livres en parlent. on a tous ces images en tête. 
 

alors on est allés voir. 
l'histoire était au rendez-vous mais malheureusement aussi le business. 
autour de la casemate reconstituée (la vraie est conservée au musée des alliés), s'est mis en place un vrai cirque commercial. acteurs habillés en militaires qui font le salut pour 2 euros la photo,

 

faux tampons sur vrais passeports, pour 7 euros, et mc do en arrière plan selon l'angle de la photo (je vous l'ai épargné). pathétique.


le musée du mur est intéressant  quoique la boutique vende aussi bien des cochonneries made in china, que des trucs sympas. on y voit des voitures aménagées en cachettes pour fuir, des photos de tunnels, des discours de l'onu, de churchill, bref il est incontournable pour comprendre les stratégies mises en place par les gens qui voulaient fuir à tout prix, aussi bien que la guerre froide et la création de l'otan.



mais quel dommage que les autorités berlinoises ne mettent pas un peu d'ordre dans cette exploitation...

jeudi 24 avril 2014

ich bin ein berliner (3) : le yaam

parmi les lieux étranges, décalés, alternatifs, figure le yaam (young and african arts market). 

 

en fait d'africain c'est un squat aux couleurs de la jamaique en plein berlin. enfin squat ça n'en a que le nom parce que c'est plutôt une institution. 

 

c'est un strand bar (bar de plage), au bord de la rivière qui traverse berlin, la spree, mais c'est aussi plus qu'un bar. 

 

c'est multiculturel, c'est alternatif !
terrain de basket ou de foot, 

 

transats, parasols paillote, restaus de cuisine africaine, stands d'artisanat, 
  

c'est aussi une sortie en famille, tous âges, tous genres, bobos et jeunes skaters 

 

ou graffeurs, rastas, flâneurs. 
les enfants font des pâtés de sable pendant qu'à côté on se détend et pas qu'avec des cigarettes électroniques. 
 

les volutes ambiantes suffisent à faire planer tout le monde. 

 

de temps en temps, il est question de le fermer. officiellement pour des raisons immobilières mais sans doute pas que.





mercredi 23 avril 2014

ich bin ein berliner (2) : graff

le projet "east side gallery" a certainement donné son essor à un mouvement de graff berlinois. il y a des graffs dans tous les quartiers à berlin, et nous sommes même tombés sur un atelier en plein air. 
sortie familiale pour un public un peu original, bébés et enfants, chiens, gens de tous âges et de tous genres dans un endroit étrange, bière et saucisses à volonté, plus si affinités. 

 
ça donne ceci




il y avait également un concours de musique électronique sans instruments, c'est-à-dire avec la bouche et un micro... attention : tempête de postillons

et pendant ce temps les artistes travaillaient

 

les enfants mangeaient

 et les badauds prenaient le soleil