jeudi 27 octobre 2011

foi de breton


entendu hier à l'assemblée nationale, de la bouche d'un député breton relatant une conversation telephonique entre lui-même et le president (oui le president himself), au sujet d'un vote peu apprecie en haut lieu :
- monsieur le president, mon ame et mon coeur appartiennent à dieu, mon corps et mes biens appartiennent au roi et ma conscience n'appartient qu'a moi.
réponse du president, irrite, juste avant de lui raccrocher au nez :
- tetu de breton !






lundi 24 octobre 2011

nos voisins sont etonnants

lorsque notre voisin perd sa cle, il n'appelle pas le serrurier, comme vous et moi : il va chercher une echelle de pompiers et il rentre chez lui, le plus simplement du monde.

l'autre soir vers minuit, on a entendu un gros choc au dessus de notre fenetre, sur la facade : notre voisin rentrait chez lui.



il a fini pas retrouver ses cles 3 jours plus tard, et c'est tant mieux sinon l'echelle serait toujours la...

vendredi 21 octobre 2011

je n'ai jamais eu...


... qu’une seule ride et je suis assise dessus » disait jeanne calment notre vénérable centenaire des années 90, autrefois doyenne de l'humanité.

elle avait bien de la chance : leptitlu qui a une vie en forme de tranches napolitaines, 3 ans ici, 4 ans la, 4 ans ailleurs, en a davantage, et sait exactement à quelle tranche napolitaine il doit ses petits creux sournois.
le premier, entre les sourcils, a été aperçu avec effroi dans un miroir en algérie, et depuis, chaque tranche a laissé sa trace.

heureusement la cosmetique est aujourd’hui en pointe, les no surgetics wrinkle defy, resilience lift extreme, creme lissante extra capture R60/80 sont la et veillent au grain (de peau).

c’est tant mieux, parce que leptitlu, que la vue d’une simple aiguille fait defaillir, n’est pas près d’aller se faire charcuter pour raboter, repulper, raffermir ou redessiner a coup de botox, silicone ou autre horreur medicamenteuse ou chirurgicale, le visage rescape des tranches napolitaines, devenant ainsi comme d’autres avant lui la creature de quelque frankenstein,  aux gestes  ni surveilles ni meme rembourses par la securite sociale et dont la motivation ne serait en fait de rénovation que celle de son splendide mais dispendieux manoir normand.

pour se retrouver avec une bouche de merou, des pommettes venues tout droit d'oulan bator ou des paupieres facon papier mache, non merci, non merci, non merci (comme dirait cyrano, dont le nez aurait pu être charcute par les charlatans en question)


mercredi 19 octobre 2011

stilettos, velo, bobo...

hier matin leptitlu a enfourche son velo avec ses stilettos. enfin c'est pas vraiment des stilettos, on n'est pas dans sex and the city, mais quand meme...
au retour le soir entre la pluie, la nuit, les stilettos et les freins approximatifs, il n'en menait pas large à l'approche des croisements...



mardi 18 octobre 2011

paris 13eme




dimanche apres-midi, histoire de profiter d'un temps estival incroyable, pique-nique prepare vite fait bien fait : un bout de pain, 2 tranches de jambon, deux bouts de fromage, du chocolat et une bouteille d'eau, les croquenots, et hop, depart de la rando. au programme cette fois, la grande bibiotheque francois mitterrand tout au bout du treizieme arrondissement.

coup d'oeil...


boulevard auguste blanqui

petite rue bucolique vers la place nationale

la butte aux cailles

rue chateau des rentiers

la grande bibliotheque et sa foret de pins

polka surveille bercy

bercy (de l'autre cote de la seine dans le 12eme)


peniche el alamein, cafe concert


superbe balade par denfert-rochereau, la butte aux cailles, puis retour par le quartier chinois et la rue d'alesia (quart sud est comme vous pouvez le voir sur le plan).

lundi 17 octobre 2011

chacun son jouet


aujourd'hui compagnon ideal et moi nous sommes gates.

il s'est offert un orcus, prince of undeath, de dongeons et dragons



et moi un fer a repasser,


vdm

ouille, aie, misere de misere


apres l'effondrement, au sens propre comme au sens figure qui a suivi la dengue et le chikungunya il y a tout juste un an, leptitlu se reprend en mains, sans parler du velo quotidien.

au programme :

- vendredi fitness, cours d'une heure dans le centre d'activite du quartier. rythme effrene, pas de repit, meme la relaxation est un challenge,

- samedi balade : deux petites heures a la decouverte de notre arrondissement, ses cotes, ses pentes,

- dimanche matin, course d'une heure sur la coulee verte, aiguillonnee par compagnon ideal qui accepte de faire quasiment du sur-place a cote duptitlu pour le motiver,

- dimanche apres midi, rando urbaine a nouveau, mais plus costaud, 5 heures de marche, avec pique-nique, et avec polka, sous un soleil estival,

dimanche soir : je pourrais postuler au porte-parolat de handicap international...

lundi : RTT


vendredi 14 octobre 2011

paris 7eme


leptitlu a la chance de travailler dans un tres beau quartier (c’est tout le temps vrai d’ailleurs, meme a l’etranger).
a l’heure du dejeuner il a pris son velo pourri et sous un ciel magnifique (mais avec un froid de gueux) il est parti le nez au vent dans les rues chargees d’histoire du septieme arrondissement : saint-dominique, varenne, barbet de jouy (pour la petite, d'histoire, leptitlu a travaille dans cette rue dans une autre vie), solferino, rue du bac, quai voltaire, esplanade des invalides.

pas seulement d’histoire d’ailleurs, d’enseignes commerciales aussi, parmi les plus prestigieuses qui soient. celles des pages glacees des magazines. pas forcement celles qu’on frequente, pour plein de raisons, mais celles qui font rever, en tous cas. leptitlu n’a jamais rien achete chez annick goutal ou chez bonpoint et n’ira peut-être jamais diner chez le divellec ou faire ses courses chez petrossian (compagnon ideal n’aime pas le poisson de toute facon) mais les vitrines font rever, et c’est super.

pendant cette promenade leptitlu a du se dire au moins 15 fois dans sa petite tête : « c’est magnifique ». malheureusement il avait oublie son appareil photo…

mercredi 12 octobre 2011

chaussures


ce qui est terrible c’est qu’on a beau avoir un nombre respectable de paires de chaussures, un seul modele vous manque et le placard est depeuple.

lorsqu’il s’agit de trouver une place à mes « nombreuses » chaussures, compagnon ideal crie au scandale. il n’est pas faux de dire que j’en ai de toute sortes, mais il serait exagere de pretendre que j’en ai trop. d’abord il y en a pour l’été et pour l’hiver on peut donc dire qu’il y en a moitie moins par saison.

ceci dit, mocassins, sandales, salomes, ghillies, espadrilles compensees, escarpins, bottines, bottes, richelieu (s) à talons, ballerines, baskets, on ne sait plus ou les mettre, et je m’etais bien promis, la semaine derniere, quand je leur cherchais une place justement, que je tiendrais tout le sejour a paris sans en acheter.

j’aurais mieux fait de tenir ma langue : je viens de m’apercevoir avec effroi qu’il m’en fallait au moins encore une paire : des richelieu bas (ou des derbies).

en effet, pratiquant le velo comme moyen de transport parisien je suis souvent en pantalon, et selon le genre du pantalon, les chaussures a talon c’est moche. nul doute que toutes les femmes me comprendront... 

mardi 11 octobre 2011

recolte d’automne


monsieur l’agent,

j’ai eu le plaisir de recevoir de vos nouvelles récemment.

il semble que le 1er octobre 2011 à 15h32, alors que j'allais au vésinet depuis chatou, ou habite madame mere, vous m’ayez prise en flagrant delit d’«inobservation, par conducteur de vehicule, de l’arret impose par un feu rouge fixe ou clignotant ».

franchement je ne me vois pas griller un feu rouge, pour parler normalement. peut être était-il orange tres mur et soyez sur que s’il avait clignote, je l’aurais remarque et me serais arretee...

bon je ne vais pas, en plus, faire ma maligne. cette rougeur negligee me coute donc 135 euros et un nombre non precise de points retires de mon permis de conduire affichant toujours, jusqu’ici, une virginite irreprochable. mais, si j’ai bien compris le sens de votre doux billet, si je paie sans delai vous me ferez, dans votre grande mansuetude, un rabais non negligeable.

je vais donc obtemperer sans tergiverser plus avant, preferant o combien une prune a 90 au lieu d’une prune a 135…


ca reste agacant, au demeurant, parce qu’avec ces 90 euros j’aurais pu faire quelque chose de plus fun, de plus cool, de plus glam…

vendredi 7 octobre 2011

paris design sous le soleil


dimanche dernier c'etait encore l'ete : 27 degres, un ciel pur et un soleil a tomber. nous sommes donc partis, compagnon ideal, polka et moi, a la decouverte de paris, a pied comme il se doit.

partis du 14eme, nous avons traverse tout le 15eme, arrives sur les quais pres du parc andre citroen nous avons pique-nique assis sur un ponton en bord de seine, puis nous avons franchi le pont du garigliano pour bifurquer vers la tour eiffel en longeant l'autre berge de la seine, puis retour de nouveau par le 15eme arrondissement.

fils cadet ne jure que par le baron haussman, pourtant il y a de belles constructions dans tous les styles.

promenade dans un paris design...


rue de la convention

rue de la convention

ecole des cevennes

pres du parc andre citroen

pres du meme

parc andre citroen

quai de javel

la montgolfiere du parc andre citroen

prefecture de la region capitale

la seine


"sous le pont mirabeau coule la seine"


5 heures de marche avec nos 8 pattes, plein nos mirettes et plein nos bottes...

mercredi 5 octobre 2011

les frites par terre et la BD sur les murs

j'ai oublie de vous dire : dans le pays ou fils aine va a l'ecole, ils sont etranges... non seulement les frites poussent par terre mais on dessine sur les murs. la preuve, et les specialistes reconnaitront leurs heros (moi j'ai juste reconnu milou):



et mon cousin bill









enfin, c'est quand meme plus joli que les tags...

signe : polka

trouver sa place



quand on demenage c'est pas seulement dur pour les humains de trouver sa place... dans notre petit appartement parisien polka s'est cherche et s'est trouve un petit nid... elle y file des qu'elle peut et c'est la qu'elle attend qu'on rentre du travail ou du lycee. 

on s'organise pour ne jamais la laisser une journee entiere toute seule. compagnon ideal et moi rentrons alternativement le midi, et fils cadet rentre le mercredi et le vendredi. 

c'est moins sympa pour elle que lorsqu'il y avait shiv toute la journee a la maison, mais en contrepartie on l'emmene partout avec nous et les balades sont paisibles et agreables a l'inverse de delhi ou il fallait se mefier des chiens errants, ou il n'y avait pas de trottoir, et ou on ne pouvait l'emmener que dans les parcs.

pique nique sur un ponton quai de javel

ptit repos avant de continuer la balade
(de midi a 17 heures quand meme, la balade...)

ca c'etait au pays ou les frites poussent par terre
(parce qu'il y en a aussi sur les tables)

lundi 3 octobre 2011

internet


en 2011, en france, avoir internet a la maison, c'est pas de la tarte... demande le 23 aout on l'a depuis ce matin... apres un nombre incroyables de visites a la boutique et de coups de fils ruineux...

finalement le prepose est venu ce matin et est reparti mission accomplie en laissant tout un tas de bazar qu'on doit garder eternellement... dans 50m2, c'est vraiment tout ce qui nous manquait...


enfin ! compagnon ideal et fils cadet vont pouvoir retrouver leur calme et leptitlu nourrir son blog cheri...

le grand deballage


comme je vous ai montre l'emballage et l'appartement de delhi vide apres le passage des demenageurs je ne resiste pas a vous montrer l'arrivee des meubles a paris et le deballage... ca vaut son pesant de cacahuetes a l'ere de l'"eco" a toutes les sauces...



le salon avant qu'on y entasse tout ce qui nous genait dans les autres pieces et qu'on vide les 38 cartons...



notre chambre... le lit, commande debut aout, n'a ete livre que vendredi dernier... a noter, les cantines, qui nous suivent fidelement depuis notre premiere affectation en algerie, en... 88, et sur lesquelles on superpose les etiquettes. constantine, kinshasa, washington, paris, victoria, montreal, nantes, delhi, paris


trois arbres de la foret amazonienne pour une
malheureuse coupe a champagne...

et comme il y a en 12...

les choses prennent leur place doucement, on va y arriver, mais c'est un vrai challenge que de faire rentrer 150 m2 dans 50 m2 sans placard, meme si on s'est considerablement deleste avant et qu'on n'a jamais vraiment verse dans l'accumulation...

visite guidee dans quelques semaines... apres les innombrables we ikea et castorama...