vendredi 29 avril 2011

le royal wedding

lu dans la presse : les trois questions qu’on se poserait au sujet du royal wedding : 



kate et william vont-ils échanger un baiser ? a quoi ressemblera la robe de la mariée ? l'ombre de diana planera-t-elle sur les noces ?

ben moi ce ne sont pas ces questions là que je me pose : moi c'est plutot :

 1/ mais qu’est ce que c’est que ce truc qu’elle portait sur la tête ? un grand brûlé pansement? une faisselle gaze ? une porc crépine ? une ikea moustiquaire ? le mère theresa voile ?

 2/ et que portait-elle à ses pieds ? des charentaises ? des dondaines sabots ? des palmes ? des choo jimmy ?

 3/ enfin, tout aussi crucial... qu’est ce qu’ils se disaient chemin faisant dans l’abbaye puis dans le carosse ?  
-        regarde celui-là comme il est boudiné dans son smoking ?
-         joue-la comme beckam
-         t’as vu sa pièce montée sur la tête ?
-         ça s’peux-tu qu’y nous r’gardent tous ?
-         on dirait mr bean…
-         vivement c’soir qu’on s’couche !

bon allez, ils sont beaux nos british tourtereaux, et on leur souhaite tout le bonheur du monde. et qu’ils nous fassent plein de royal babies, c’est mieux que des corgies.

mardi 26 avril 2011

Sathya Sai Baba est mort

dimanche dernier, le dimanche de paques, sathya sai baba est mort. il avait 85 ans, c'etait un gourou, venere par 10 millions de fideles a travers le monde, de toutes nationalites et de toutes religions, et comme tous les saints hommes il sera enterre et non pas incinere.
il etait ne en 1926 a puttaparthi, un petit village de l'andhra pradesh, au centre de l'inde, au milieu de rien, et il s'est des l'enfance, en plus d'une vive intelligence, decouvert des dons surnaturels, apparition de nourriture ou de friandises, guerisons, etc... et tres tot egalement il a eu des disciples de toutes origines, et meme plus tard des presidents, des premiers ministres, des sportifs et meme des acteurs americains. le fondateur des hard rock cafe, au nombre de ses disciples, venu vivre a puttaparthi, dans l'un des 3 ashrams indiens de sai baba, lui a d'ailleurs legue une partie de sa fortune.
avec les dons qui affluaient de toute part il a cree de hopitaux, des ecoles, des universites, un planetarium, un musee, un aeroport, et une myriade d'organisations caritatives, administres par un trust, de son vivant dans ses seules mains, et dont on ne sait pas qui prendra le controle, car si sa succession spirituelle est preparee de longue date et est prevue pour 2030, sa successon materielle est nettement moins claire. 
a la tete d'une immense fortune (on parle de milliards d'euros) il n'a pas d'heritier et ses detracteurs pourraient bien essayer de faire vaciller l'empire.

"aimer tout le monde, servir tout le monde, aider toujours, ne jamais blesser", tel était son mantra.

pour l'heure, les pelerins, VIP ou fideles anonymes, affluent de partout, 10000 d'entre eux seraient deja arrives dans la ville ou magasins et etablissements publics ont ferme leur portes en signe de deuil et chacun y va de sa declaration voire de sa larme. quelques presidents passes et presents, le premier ministre, sonia gandhi et sachin tendulkar (la star du cricket) seront presents a son enterrement.

pour les comptes, on verra plus tard.

samedi 23 avril 2011

ken a 50 ans


comme chacun sait ken est l'irremplacable compagnon-ami-faire-valoir de barbie. ils ne sont pas maries, mais bon an mal an sont ensemble depuis 50 ans, soit depuis sa naissance (barbie avait 2 ans..).
bon, ils sont ensemble sans etre ensemble d'ailleurs, il est plutot un accessoire qu'un partenaire, apres tout, le camping-car, la piscine, la caleche sont a barbie. elle les a gagnes a la sueur de son joli front botoxe et parce qu'elle le vaut bien. et ils n'ont pas eu d'enfant. il faut dire qu'ensemble ou separement ils sont tres occupes : mille metiers, des vacances de reve, une vie de movie stars, les sunlights, pas le temps pour une vie de famille. ils sont meme a l'occasion mannequins vedette pour grands couturiers, lacroix, saint laurent ou chanel ont cree pour eux.
si vous etes a paris vous pouvez aller au Musée de la Poupée - Impasse Berthaud - 75003 Paris voir une expo qui leur est consacree en ce moment. j'ai visite ce musee en compagnie de madame mere il y a qqs annees et ca nous a vraiment plu.
si vous voulez en savoir plus vous pouvez aussi aller sur internet, ils n'ont pas inspires que les couturiers ou les sociologues, mais aussi des gros cochons ((-:




 

jeudi 21 avril 2011

les pieds de ma soeur



c'est la nouvelle mode : la fish pédicure. il paraît que c'est génial. des dizaines de petits poissons grignotent nos petites peaux indésirables.
bon je suis d'accord ce n'est peut-être pas très charitable pour les poissons, et pour tout dire pas très ragoûtant non plus, mais bon, c'est nouveau, ça vient de sortir : c'est la it-pedicure !

lundi 18 avril 2011

devinez ou c'est ?

a nice ?


a washington ?

 
a poudlard ?


a oxford ?


non, vous n'y etes pas : c'est a bombay !

mariage indien : la célébration

le lendemain du mendhi a lieu la célébration.
compagnon ideal et moi-même avons été époustouflés par la munificence de l’évènement. ce n’était pas le mariage de elizabeth hurley et de son richissime indien. juste deux familles pendjabis certes prospères mais sans plus.
et pourtant...


un grand chapiteau avait été dressé dans un parc de delhi


un immense buffet était installé avec des cuisiniers qui s’affairaient sous nos yeux, tandoors, fritures, stands de glace, débitaient à la demande, et les serveurs apportaient les boissons, avec ou sans alcool (le whisky coulait a flots)


des dizaines de tables, une piste de danse, une pergola abritant un récipient à feu, une estrade surmontée d’un trône doré, des lumières et des fleurs partout, des tapis sous nos pieds (…et pas de toilettes !).

prévu pour arriver a 18h30, l’heure auspicieuse pour la cérémonie étant elle prévue à 19 heures, bien entendu « indian time » oblige (c’est comme hash time, pour ceux qui savent…), le marié  arrive chevauchant son blanc destrier vers 20 heures, habillé comme un maharadjah


et précédé de percussionnistes, ses frères, cousins et cousines dansant en ouvrant la marche.


accueilli à l’entrée du chapiteau par les hommes arborant fier turban, puis par les femmes de la famille de la mariée tenant un plat d’épices et de pigments, c’est arrêté par un ruban rouge qu’il doit répondre aux questions rituelles  avant de pouvoir entrer s’assoir sur le trône et attendre sa belle.


la belle justement fait son entrée habillée comme une princesse des mille et une nuit (à 21 heures quand même) sous un dais de perles roses porté par les membres de sa famille et rejoint son promis qui l’attend en haut des marches et se leve pour l'accueillir. robe apparemment tres lourde, bracelets a breloques de 50 cm de long, bijoux d'oreilles, de narine, de front, de doigts, d'orteils, plastrons d'or et de pierres, elle est vraiment tres belle.


ils rejoignent ensuite la pergola et s’assoient devant le prêtre entourés des deux familles, pendant que la quasi totalité des invités présents continue à vaquer à ses occupations, jouer et courir pour les enfants, discuter, manger, boire pour les adultes.


le prêtre officie alors pendant une bonne heure en psalmodiant, chantant, invoquant les dieux, interpellant les familles, il allume un feu, tend de l’eau (du gange ?) que les epoux boivent, s’appliquent sur des points qui doivent être vitaux et/ou spirituels (front, commissures des lèves, coins des yeux, épaules) puis jettent ce qui reste derrière leur épaule, l'epoux dépose du pigment rouge sur la raie des cheveux de son épouse, signe de mariage

ils tournent ensemble autour du feu liés l’un à l’autre par un tissu rose, ils jettent des grains de riz dans le feu, ils répètent apres le pretre des phrases qui doivent être des serments, recommencent à tourner et à psalmodier. une arrière grand-mère recouvre la tête de la mariée d’un autre voile, et rapproche les tetes des epoux, sa belle-mère offre un collier a sa belle fille, un assistant du prêtre tend à l’assemblées des sacs pleins de pétale de roses qu’on jette sur les mariés à l’invitation du prêtre. le jeune femme semble épuisée et au bord des larmes, son epoux la réconforte, elle se reprend et sourit.
enfin (surtout pour eux peut-être) c’est fini et ils se lèvent pour rejoindre le trône où ils resteront 3 bonnes heures encore sous les flashes des photographes professionnels et amateurs qui tout au long de la soirée photographient et filment, composant ainsi un monumental album de photos qui agrémentera le salon des mariés et qu’ils montreront volontiers à tous les curieux, famille, amis, collegues.




c’était superbe et emouvant, et je suis sure que ca valait bien le mariage de kate et wills (auquel en revanche nous me sommes pas invites).

vendredi 15 avril 2011

mariage indien : le mendhi

comme on l’a dit au sujet des faire-part, il y a plusieurs évènements qui émaillent la célébration d’un mariage en inde. l’un d’eux est le mendhi.
la veille du mariage proprement dit a lieu chez chacun des futurs époux une fête avec sa famille, ses amis,  ses relations, venus parfois de très loin, voire même de l’étranger pour la circonstance.

on mange, on boit, on danse, la maison entière est pleine de gens qui discutent sur des coussins par terre, sur les lits, dans les canapés, sans chichis,
toutes générations confondues, et c’est alors l’occasion pour les femmes présentes de se faire faire des dessins au henné sur les mains et éventuellement les pieds.

un ou plusieurs professionnels sont embauchés pour la nuit et passent de femme en femme pour leur dessiner ces tatouages provisoires. on a tous vu le résultat, des arabesques, des fleurs, des motif tout en courbe qui vont du marron au noir, sur les mains, les bras ou les pieds, et qui matérialisent la participation à un mariage.
ce qu’on sait moins, en tous cas moi je ne le savais pas, c’est que le temps que ça sèche, pour que ça soit joli, les dessins sont remplis, coloriés, soulignés d’or et d’argent.
le lendemain ce « remplissage » se dissous sous la douche et laisse la place au taouage proprement dit qui reste de plusieurs jours à une semaine. regardez, c’est superbe !







et quand l'or et l'argent sont partis il reste ca : c'est encore tres joli !
 

vers 23 heures, ca donne ca, juste avant d'aller danser jusqu'a point d'heure !

mardi 12 avril 2011

des potron-minet



contrairement à ce qu’on pourrait croire les indiens ne sont pas si matinaux que ça, en tous cas au travail, contrairement aux chinois dont on se demande s’ils dorment de temps en temps. les magasins n’ouvrent pas avant 10-11 heures et l’heure de pointe sur les routes est plutôt entre 9 et 10 que vers 8 heures.


ça n’empêche pas que tous les matins, dès l’aurore, comme en chine, les parcs sont invahis de gens, jeunes et moins jeunes, sur la piste de jogging ou sur l’herbe, assis sur les bancs, seuls ou en groupes, en tenue de sport ou en sari et en salwar.


à delhi il y a beaucoup de parcs, des grands en pleine ville, mais aussi des plus petits dans les colonies qui ont chacune le leur, fleuri et entretenu par les associations de riverains.


dans le nôtre, à neeti bagh, bien avant 6 heures, tous les matins, il y a des lève-tôt qui viennent y faire de l’exercice, qu’ils soient adeptes du jogging, de la marche ou du… yoga.



l'ustad amjad ali kan

Le sarod (ou sarode) est un instrument de musique à cordes pincées apparu au XIXe siècle au nord de l'Inde et utilisé en musique indienne classique. C'est un luth hybride issu du dhrupad rabâb, un instrument indien ancien et du rabâb afghan. Le nom dérive peut-être du persan sarûd (chanter) car nombre de chanteurs s'accompagnaient ainsi.

Le grand (110 cm) et lourd corps du sarod est taillé dans un bois massif de teck coupé et évidé, puis recollé. Le manche est creux. La caisse de résonance hémisphérique est recouverte par une peau de chèvre collée. Un grand chevalet (sur pied) en os avec des trous et des sillets y repose, retenu à la base par deux cordelettes. La touche est recouverte par une plaque de métal lisse et brillante, large vers la table et fine vers le chevillier. Il n'y a aucune frette ni ouïe, mais un résonateur (tumbâ) amovible en bronze (ou en bois) est placé à l'arrière du manche.
Le sarod se joue avec un petit plectre taillé dans une noix de coco, le javâ, tenu entre le pouce et l'index droits. Le musicien est assis en tailleur par terre (parfois il croise la jambe droite sur le genou gauche), l'instrument reposant sur la cuisse droite, le manche horizontal, dirigé vers la gauche.
(merci wiki)

Si vous voulez écouter ce que ça donne, allez visiter ce site http://www.sarod.com/amjad/default.htm et laissez vous.charmer. imaginez-vous allongé sur des matelas à même le sol, les yeux fermés, dans les volutes d’encens, la tête sur des coussins chamarés à écouter les sons lancinants tirés
de cet instrument.
bon on aime ou on aime pas, mais on essaie. hier soir, compagnon ideal et moi-même sommes allés écouter l’ustad amjad ali khan. Les amateurs le considèrent comme le  maître incontesté !!!
nb un ou deux tarpe ca aide...

jeudi 7 avril 2011

les ptits metiers

en deambulant dans les vieux quartiers, on voit des gens qui travaillent, dans la rue, dans leur echoppe ou devant chez eux avec leurs outils, ou des livreurs de toutes sortes de choses, des acheteurs de papiers ou de plastique qui crient pour s'annoncer comme autrefois chez nous le remouleur


la couturiere. ca c'est plutot rare, en general ce sont les hommes qui cousent. c'est la premiere fois que j'en vois une.


l'electricien specialiste des ventilateurs


 le cordonnier cireur de chaussures


le livreur de chaussures


le rickshawalla

il y a toujours quelque chose d'interessant a regarder dans les rues et si on demande gentiment on peut faire des photos sans probleme.

mercredi 6 avril 2011

mariage indien : le faire-part

ici comme presque partout dans le monde,  le mariage est la grande affaire d'une vie.
on s'y prepare quasiment depuis la naissance, tout le monde s'y met et le mariage est, encore maintenant, souvent arrange par les familles.
je dois dire que ca a l'air de marcher plutot bien, aussi etonnant, et peut-etre meme choquant, que ca puisse paraitre a nos yeux occidentaux, ce ne sont pas mes amies indiennes qui me dementiront.
et comme souvent en inde la demesure est de mise, si on a beaucoup d'argent ca se voit, et si on en a moins, on en trouve.
voici, pour commencer, quelques exemples de faire-parts. nous, en france, on peut aller se rhabiller. ici ils sont tout simplement somptueux. jugez-en !


c'est un coffret en carton rigide sur le theme de la fleur de lotus, avec des couleurs vives typiques de l'inde et qu'on voit partout ici, rehaussees d'or


il y a un carton par evenement et un pour chacune des familles.
le mariage se deroule sur plusieurs jours et chaque evenement donne lieu a des invitations


 en voici un autre exemple, encore plus luxueux. la aussi c'est  un coffret mais dont le couvercle est borde d'une dentelle de carton, avec les initales des maries au centre, et toujours des couleurs superbes


 lorsqu'on ouvre le coffret on trouve sous le couvercle un miroir enchasse dans cette meme dentelle, et la ce sont des plaquettes de bois recouvertes de papier de couleur qui annoncent chaque evenement et presente les familles.



et, delicate attention, dans les deux coffrets il y a des douceurs annonciatrices des agapes a suivre, dans le premier une boite de chocolat, dans le deuxieme des gateaux dans leur boite de dentelle


c'est vraiment tres bien fait, tres raffine, representatif du savoir faire des indiens en matiere d'artisanat.
et je vous laisse imaginer ce que ca peut bien couter de faire porter ces faire-parts a chacun des invites aux quatre coins de l'etat, voire meme du pays.
mais quand on aime on ne compte pas !

la corruption à siliguri : les méthodes de bénédicte

petite contribution de bénédicte, l'auteur du blog vismavieeninde

"Mon mec a lui achete son permis 1000 roupies alors qu'il ne sait pas conduire, quant a moi j'ai tellement l'habitude des tentatives multiples de corruptions sur ma personne et sur celle de mon mec dans l'administration indienne, que je suis rompue a l'exercice et il y a bien longtemps que je ne me laisse plus faire.

Car en Inde on peut ne pas backchicher, mais cela implique d'avoir du temps.

Mon plus beau coup d'eclat remonte a il y a quelques mois au cadastre (land registrtion office) de ma charmante bourgade de Siliguri, alors que l'officier gouvernemental refusait de delivrer le papier (qui est un du) de renseignements concernant un terrain que mon mec souhaitait acheter, si l'on ne versait pas de backchiche.

L'indignation et l'enervement ne fonctionnent pas tres bien.
Il n'y a que 3 choses qui marchent reellement dans ce pays: le harcelement, le bluff et l'esoterisme.
J'ai commence par le harcelement.
J'ai passe mes journees pendant une semaine dans leurs locaux, j'ai ameute tous les bureaux, je les ai tellement saoules qu'ils ne pouvaient plus me voir en peinture, attention il faut les faire un peu rire aussi pour desamorcer sinon on les braque.
Tout ca faisait son petit effet mais j'allais quand meme pas y passer l'annee, je suis donc passee a la tactique numero 2 le bluff: je leur ai dit que puisqu'ils avaient l'air de trouver ca tellement normal et de tellement assumer qu'ils ne verraient certainement pas d'inconvenients a expliquer a la presse pourquoi ils refusaient de me delivrer ce papier gratuitement et refusaient d'exercer leur travail.
Et bien croyez-le ou pas mais le papier a fini par nous etre remis en main GRATUITEMENT, bon tout ca pour finalement pas acheter le terrain mais j'etais fiere d'avoir eu gain de cause.

Quand a la tactique de l'esoterisme (qui en mon cas consiste a balancer une carte effrayante de mon jeu de cartes de voyance sur l'interlocuteur qui me manque vraiement de respect en lui disant que cette carte va lui porter malheur, bluff encore...) n'est a utiliser que tres rarement quand les bornes ont vraiment ete depassees et surtout quand on est sur de ne jamais revoir la personne. Les indiens ont si peur du mauvais oeil que les repercussions peuvent etre violentes (2 femmes accusees de sorcellerie se sont faites bruler vives il y a seulement quelques mois dans un village du Madhya Pradesh). Par contre l'effet est garanti." 

mardi 5 avril 2011

conversation avec mon chauffeur (2)


quelques jours après la première conversation que je vous avais relatée, mon chauffeur est revenu à la charge en m’expliquant que finalement il n’aurait pas besoin d’aller à calcutta pour renouveler son permis de conduire parce qu’il avait trouvé un employé de l’autorité des transports de delhi qui, moyennant finances bien sûr (je rappelle que ça s’appelle un bakchich) lui procurerait un faux permis de delhi. c’était la solution parfaite pour qu’il obtienne une preuve de résidence locale, ce qui serait la fin de cet état de non-existence qui entraine tout un tas de brimades, de surcoûts ou d’impossibilités dans la vie quotidienne.
bien entendu, pour se faire il avait besoin d’une avance sur son bonus, autrement dit son treizième mois, du en mai.
inutile de vous dire que j’était plutôt sceptique voire même réfractaire à cette idée de corruption. mais bon nous ne sommes pas dans notre pays (ou d’ailleurs… enfin bref) et nous avons donc aligné les roupies…
mais le sujet est revenu sur le tapis hier. l’indélicat employé aurait été récemment jeté en prison et donc la perspective d’obtenir sur place un faux vrai permis s’éloignant, le voyage à calcutta redevient une nécessité.
heureusement... heureusement il n’avait pas encore donné les sous…
des commentaires ?

dimanche 3 avril 2011

champion du monde !!!

Cricket: deuxième trophée pour l'Inde, vainqueur du Sri Lanka en finale de Mondial
BOMBAY — L'Inde, couronné une première fois en 1983, a remporté devant son public la Coupe du monde de cricket en battant par six wickets le Sri Lanka en finale, samedi, à Bombay devant plus de 30.000 spectateurs et les présidents des deux pays.
"Je ne pouvais rien demander de mieux, a réagi Sachin Tendulka, en larmes et porté en triomphe par ses camarades. Je vis le moment le plus heureux de ma vie. (Cette victoire) démontre qu'il n'est jamais trop tard" pour gagner une Coupe du monde.
Demi-finaliste à domicile en 1996 et finaliste en 2003, Tendulka disputait à 38 ans sa sixième et, sans doute, dernière Coupe du monde. Mais l'homme qui avait déjà marqué 100 points et plus en matches internationaux à 99 reprises a complètement raté sa finale, ne réussissant que 18 misérables points avant d'être éliminé. Il avait dix ans lors du premier triomphe de l'Inde en 1983.
"Tout le mérite revient à Sachin Tendulka. Nous avons tous joué pour lui. C'est son trophée", a réagi le meilleur marqueur indien de la finale, Gautam Gambhir.
Pour sa part, le Sri Lanka a échoué pour la deuxième fois consécutive en finale après s'être incliné en 2007 face à l'Australie. Et pour la première de l'histoire de la Coupe du monde, un joueur auteur de 100 points ou plus (le Sri Lankais Mahela Jayawardene, 103 pts) n'a pas gagné en finale.
Avec deux victoires, l'Inde rejoint au palmarès les Indes occidentales, victorieuses en 1975 et 1979, l'Australie éliminée cette année par l'Inde en quart de finale, restant seule loin devant avec quatre trophées, dont trois consécutivement en 1999, 2003 et 2007.
La phase finale de la Coupe du monde avait démarré le 19 février en Inde, au Sri Lanka et au Bangladesh. En demi-finale, l'Inde avait battu le Pakistan sous le regard des Premiers ministres des deux pays, Manmohan Singh et Yusuf Raza Gilani, qui se sont rencontrés à cette occasion pour la première fois depuis avril 2010.